Georges, Shaun, Savannah, dans leurs habits de lumière ! Aujourd’hui ils se présentent dans l’espace public…

Chers amis, proches, connaissances, explorateurs en escale, à travers ce (premier) billet nous souhaitons vous conviez sur un fil de réflexion, dans les échos d’interrogations sur la présence, l’immersion, la pratique vidéo, l’environnement sensible, l’espace public urbain.

NB : Ce billet n’a pas pour objet de présenter ce blog, pour cela référez-vous à la rubrique À propos.

Entre communication/discours politique et politique de recherche, aux échelles nationale, régionale et locale, aujourd’hui l’expérience urbaine est celle de la « mobilité » et est « numérique ». Mais comment, par et avec qui a-t-elle lieu ? Comment se conçoit-elle ?
Les smartphones et autres objets de communication digitaux et mobiles sont partie prenante de ce contexte de réflexion, entraînant avec eux un engouement certain (une fascination ?) pour les « réalités augmentée et virtuelle ». Ils mêlent indissociablement la relation physique et l’échange virtuel, le face à face et la distance, la perception in situ et l’information en temps réel, etc. Alors, quelles expériences présentielles sommes-nous amenés à vivre ? Comment la présence se définit-elle ?
Cette cohabitation de l’expérience sensible et des environnements numériques dans l’espace public urbain nous demande de revenir au fondement de la notion de « présence » –à travers des références de la pensée phénoménologique, esthétique et de l’existence– et de la mettre en discussion avec celle d’ « immersion » –répandue en informatique. Comment peut-on exprimer les distinctions qui existent potentiellement entre ces deux notions ?
Au regard de l’exposé succinct de quelques unes des questions qui nous animent, la vidéo comme pratique et médium nous a permis, nous permet, nous permettra (?) d’amorcer des discussions entre différents champs disciplinaires. Son second atout est d’être très ancrée dans les pratiques ordinaires de l’espace public.

Suivant le processus du vagabondage de l’esprit, les billets à venir seront des pauses sur les résonances spatio-temporelles et sensibles perçues à travers des médiums variés : lectures d’ouvrages, d’articles, de billets de blogs, visionnages de vidéos, de films, communications, discussions, expériences et expérimentations.

À suivre donc !…


English summary

Through this (first) blogpost we would like to invite you to reflect on the ideas of presence, immersion, video practice, sensible environment and urban public space.
Between political discourse and research policy, at the national, regional and local scales, today the urban experience is at the same time an experience of « mobility » and a « digital » experience. But how, by and with whom does it take place? How is it conceived?
In a general way, digital and mobile communication objects are part of this study context. Through them, what presential experiences are we led to live? How is presence defined?
This cohabitation of sensible experience and digital environments in urban public space requires us to return to the foundation of the notion of « presence » and to discuss it with the notion of « immersion ». How can we express the distinctions that potentially exist between these two notions?

To be continued !…

NB: This blogpost is not a presentation of this blog. See the À propos section.

Publicités

Auteur : Aurore Bonnet

Chercheuse indépendante, associée à l'UMR 1563 « Ambiances Architectures Urbanités » Architecte DPLG, docteure en Urbanisme, mention Architecture

Une réflexion sur « Georges, Shaun, Savannah, dans leurs habits de lumière ! Aujourd’hui ils se présentent dans l’espace public… »

  1. Hello Aurore
    Vivement la suite à partir de ces pistes passionnantes que tu dresses
    Je ne sais plus si je t’en avais parlé mais il y a quelques années, dans un article de Réseaux, j’avais proposé une distinction un peu similaire à celle que tu proposes entre présence et immersion, à propos des auditeurs-baladeurs (http://www.cairn.info/revue-reseaux-2009-4-page-49.htm); je parlais alors d’ancrages dans la ville d’une part, et d’engagement dans la musique d’autre part.
    A voir… mais surtout à te lire vite!
    Anthony

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s